La prison d’un roi, le tombeau d’une famille
0:00 -:--
Speed
++++++
PermalinkShare linkShare link with timestamp
September 27, 2018
Dans ses Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand écrivait: « La monarchie des Capet finissait par une scène de château du Moyen Âge; les rois du passé avaient remonté dans leurs siècles pour mourir. » Longtemps fantasmé et imaginé, il est difficile de démêler le vrai du faux au sujet de l’enfermement de la famille royale au Temple. Et pourtant, ce drame est un bouleversement dont les échos dépassent largement les murs de la prison et dont la réalité ne peut être appréhendée qu’au sein d’un organisme plus vaste : celui de la Révolution française. Après avoir été déchu, le roi fut incarcéré avec ses proches : son épouse, la reine Marie-Antoinette, sa sœur Madame Élisabeth ainsi que sa fille, Madame Royale, et le jeune dauphin Louis-Charles, le 13 août 1792. Le Temple devint la prison royale et du même coup le témoin de la fin d’une dynastie et d’une monarchie. Derrière ces murs épais : le mystère de la souffrance des derniers jours, l’effacement silencieux et discret de ceux qui régnaient encore quelques mois…